Éloge du viol dans la culture populaire

[Attention, je gâche éhontément l’intrigue du film dont l’affiche apparaît ci-dessous. Lisez à vos risques et périls.]

Imaginons le scénario suivant. Un  homme a des difficultés avec les femmes. Il n’arrive pas à leur parler ou à nouer de véritable relation. Un jour, il se rend compte que son seul recours pour satisfaire son besoin de compagnie serait de prendre une femme de force, et de la tuer. Alors, certes, il hésite, il boit, il hésite encore. Mais finalement, il le fait.

Eh bien, ce scénario, c’est celui de Passengers.

Alors, certes, il ne la tue pas directement, il ne la viole pas puisqu’elle est consentante, mais ça reste un comportement ignoble. Une fonction de la science-fiction est justement de parler de problèmes réels par métaphore. Ce n’est pas un viol au sens propre, mais le film parle bel et bien de viol.

Dans le mauvais sens.

Le personnage de l’homme a beau avoir un comportement héroïque par ailleurs, je n’ai pu le voir autrement que comme un salaud. J’ai attendu qu’il soit « puni » d’une façon ou d’une autre, mais non. Parce qu’évidemment, ils tombent amoureux, elle finit par lui pardonner et ils vivent heureux avec beaucoup d’enfants.

Beaurk.

6 Replies to “Éloge du viol dans la culture populaire”

  1. Je précise alors. La bande annonce révèle pas mal (beaucoup trop en fait) d'éléments du film. Deux passagers d'un paquebot stellaire réveillés 90 trop tôt, et qui ne peuvent se rendormir. Ils sont donc condamnés à vivre et mourir seuls.

    SAUF QUE … contrairement à ce que laisse penser la bande annonce, ils ne se réveillent pas en même temps. Seul l'homme est réveillé par hasard, suite à une défaillance. C'est après un an de solitude qu'il sabote le caisson d'hibernation de la femme (choisi parmi les 5000 autres) pour lui tenir compagnie.

    Sa réaction quand elle comprend ce qui s'est passé montre bien qu'elle assimile cela à un meurtre.

    1. Je suis assez d’accord avec ton analyse du sujet du film. Bien exécuté cinématographiquement, le fond reste cependant dérangeant surtout souligné par la fin. Ça aurait été cool que la femme le laisse mourrir de froid ds l’espace 😈

    2. Ça aurait été bien fait pour lui !

      Une autre version possible : qu’elle découvre dans une salle les cadavres de toutes les femmes qu’il a réveillées avant elle, et qu’il a été obligé de tuer lorsqu’elles ont découvert la vérité. Barbe-Bleu dans l’espace. 😀

    3. J’ai adoré le film !
      Alors certes, c’est l’histoire d’un vol (celui de sa vie puisqu’elle n’a pas le choix), d’un meurtre puisqu’il la condamne à mourir dans l’espace, mais j’ai été hypnotisé par l’amour qu’il y a entre eux (avant que ce satané robot ne soit trop bavard). On aurait pu croire que les acteurs étaient amoureux tellement je me suis pris au jeu. Bon, j’étais peut-être un peu mélancolique ce jour là. Tout comme les 4 autres fois ou j’ai regardé le film…

    4. Quatre fois !! C’est beaucoup. 🙂

      J’ai bien aimé le film, jusqu’à ce que je comprenne comme une métaphore du viol. L’histoire d’amour m’a alors paru particulièrement ignoble, plutôt que romantique. Je ne veux pas le revoir…

Laisser un commentaire